La ventilation

Action qui permet de contrôler par une ou plusieurs actions combinées tels que la filtration, le chauffage, le refroidissement, la déshumidification ou et l’insufflation et l’extraction la qualité de l’air dans une enceinte fermée.

Elle est obligatoire et réglementée dans les établissements recevant du public (décret N°2012-14 du 05 janvier 2012) Elle vise suite au grenelle de l’environnement à contrôler la qualité de l’air au travers de points de contrôle bien définis (CO2,contrôle des polluants..) Elle est également obligatoire pour les constructions neuves individuelles et collectives RT2012/RT2020.

 

 

La déshumidification

La déshumidification est l’action d’enlever l’humidité contenue dans l’air d’une pièce.

On retrouve cette technologie dans les Piscines couvertes, les locaux contenants des produits sensibles et nécessitants une hygrométrie contrôlée, les caves, salle informatique, Bloc opératoire, activité de conditionnement pharmaceutique ou industries de précision.

Cette action peut être effectuée par 2 moyens :

  • La déshumidification avec un système utilisant la détente d’un gaz frigorigène et donc d’un compresseur. Ses performances augmentent en fonction de la hausse de la température extérieure C’est en quelque sorte une Centrale de traitement d’air.
    Par un système de ventilation, l’air à déshumidifier passe au travers d’une batterie dans laquelle la température de surface est inférieure à la température de l’air (grâce à l’action du compresseur et la détente du fluide frigorigène). Il en résulte la condensation de l’humidité de l’air sur la batterie plus froide. Il est ensuite filtré voir chauffé avant d’être réinjecté dans la pièce à traiter.
  • La déshumidification avec un système où l’air humide est filtré au travers d’une batterie en aluminium ( ou camembert rotatif en forme de nid d’abeilles) recouverte d’un revêtement en gel de silice permettant de fixer l’humidité contenue dans l’air.
    Cette batterie est constamment tenue sèche par injection d’air extérieur, c’est la régénération permanente du gel de silice.
    L’air est ensuite préalablement chauffé si nécessaire et ensuite réinjecté dans la pièce.
    Cette technologie a la particularité d’être efficace même en cas de températures extérieures basses.

 

La ventilation mécanique contrôlée VMC

Elle permet dans un logement ou dans un établissement recevant du public de renouveler l’air et donc d’injecter par dépression de l’air neuf dans le but de renouveler l’air ambiant et d’éviter les problèmes d’humidité, d’air pollué. Les débits tout comme le nombre de bouches d’extraction est strictement réglementé.

La Ventilation naturelle SIMPLE FLUX ou la Ventilation mécanique Contrôlée sont obligatoires depuis 1982, spécifiant que l’aération des logements doit être permanente surtout quand les températures extérieures obligent les occupants à vivre fenêtres fermées. L’inconvénient majeur c’est que l’on introduit en hiver de l’air froid augmentant ainsi la consommation de chauffage en plus d’une sensation inconfortable.

 

La ventilation mécanique contrôlée double flux

La Réglementation Thermique dans les constructions neuves ayant évolué, on ne peut pas aujourd’hui introduire dans le logement de l’air extérieur non préchauffé; Ceci dans un but évident d’économie d’énergie. Cela permet donc via un échangeur d’échanger la chaleur de l’air extrait du logement vers l’air froid insufflé sans mélange. Cette technologie est disponible en ventilation mécanique avec échangeur ou alors en mode thermodynamique avec un groupe de condensation comprenant un compresseur.On peut également contrôler la régulation avec des sondes CO2 permettant d’insuffler quand la qualité de l’air est chargée de polluants.

Le problème majeur dans le cadre de la RT2012 et bientôt la RT2020 c’est bien l’étanchéité du logement. En effet on arrive aujourd’hui à des logements devant répondre à des tests d’étanchéité draconiens. La pose de VMC doit s’effectuer de manière conforme en veillant à bien reboucher les trous effectués pour les bouches d’insufflation et d’extraction afin de passer les tests avec succès.

La sélection du matériel doit répondre aux critères de consommations énergétique de la RT2012 et dans un avenir proche à la RT2020 avec des maisons à consommation positive c’est-à-dire qu’elles devront produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment. Pour ce faire dans un premier temps on sélectionnera des appareils peu énergivore et l’isolation de ces maisons devra être irréprochable car combiné a une exposition solaire remarquable elle permettra des besoins en chauffage et d’éclairage moindre, donc à termes des économies d’énergie conséquentes.